conseil en ergonomie
conseil en design UX
architecture de l'information
icone evaluation UX design

Le tri de cartes ux ou card sorting relève des techniques d'évaluation UX design.
Découvrez des exemples illustrés et des ressources pour mener un tri de carte.
Des modèles de tris par cartes et une formation en ligne sont disponibles en accès payant.

Le tri de cartes ux

Révisé en Mars 2021

Enjeux du tri par cartes

tri de cartes

Le Tri de cartes est un outil efficace pour recueillir des avis sur l'organisation de vos contenus et les modalités d'accès à travers la navigation...

Pourquoi réaliser des tris de cartes ?
Comment réaliser un tri par carte ?
A quel moment faut-il réaliser une séance de card sorting ? Quelles sont les méthodes et les techniques pour mettre en place un test de tri par carte ?
Quels résultats peut-on attendre de ces évaluations ?

Nous allons parler des méthodes pour vous aider à réaliser un tri par carte. Vous trouverez également des exemples de tri de cartes pour illustrer les techniques. Ce travail relève principalement de l'architecture de l'information et du design de l'interaction. Il s'inscrit dans les méthodes participatives de design UX.

D'abord, un mot sur le vocabulaire et la définition : on parle de tri de cartes car la technique consiste à trier des cartons pour affecter un contenu dans une catégorie. Le mot-clé en anglais est card sorting, on parle aussi de ux sort ou encore de tri de cartes ux.

Pour clôturer les travaux d’inventaire, de structuration et d’optimisation sémantique de vos contenus, il est malin de soumettre votre stratégie éditoriale au jugement des utilisateurs finaux par le biais de la technique du tri de cartes : il permet de confronter votre organisation éditoriale et vos choix de libellés de rubrique à la logique de classement des usagers.

La technique du tri de cartes

La technique du tri de cartes s'applique aux méthodes de conception de tout type de dispositif digital. Et par extension, on peut très bien réaliser un card sorting pour organiser les rangées d'une bibliothèque, pour classer les rayons d'un supermarché, pour ordonner les services d'une entreprise...
Dans le cadre d'un tri de cartes de dispositif digital, les équipes de conception cherchent à se rapprocher des logiques de classements des clients et des usagers du site. C'est clairement une technique rattachée au champ disciplinaire du design de l'expérience utilisateur.

En quoi consiste le tri de cartes UX design ?
Il s’agit de proposer, à un panel d’utilisateur en phase avec votre audience, de procéder au classement et à l’organisation de vos contenus en leur fournissant une base de thème à ordonnancer : chaque utilisateur manipule les entrées de votre arborescence sous forme de carte, pour recréer progressivement une arborescence correspondant à la logique de classement du testeur. Voilà la logique du card sorting en quelques mots...

Concrètement, chaque participant sollicité est amené à réaliser un travail d’architecture de l’information : réfléchir aux endroits où placer les contenus et les fonctionnalités (c'est à dire rattacher chaque item à une catégorie), réfléchir aux appellations respectives de chaque item...
C'est bien l'utilisateur qui fait le tri de carte, pas vous :). Vous pour une fois, vous travaillez un peu moins. Vous faîtes travailler l'utilisateur final. Votre mission, c'est de préparer le tri de cartes, et c'est déjà du boulot...

Quand on réalise un tri par cartes, on travaille sur l'organisation éditoriale et fonctionnelle du dispositif digital. Plus concrètement, on cherche à affiner la signification des libellés en travaillant la sémantique. Et on essaye d'améliorer le système d'organisation des contenus mis en place. Bref, on teste l'architecture de l'information du site, on évalue l'intelligibilité de l'arborescence. Par extension, cela revient aussi à travailler les aspects de navigation au sein du site...

Architecture de l'information et tri de cartes

Les logiques d'organisation, les méthodes de classement, les modes de sélection sont propres à chaque individu. Les usages culturels tendent à diffuser un certain ordre des choses, qui fait consensus. A l'université, à l'école, dans les médias, en entreprise, dans les magasins...
Au sens originel, les classements et l'organisation de tout type de chose sont le résultat du consensus. A l'état de nature, chaque personne a sa propre logique de classification. Pour reprendre le mantra du Docteur Ergo : Ta logique n'est pas ma logique.

L'architecture de l'information ne peut pas prétendre à faire l'unanimité. Tout architecte de l'information en a conscience. Une organisation est toujours le fruit de compromis. Tout système d'architecture de l'information s'appuie sur des normes, et cherche à aller au plus explicite...

L'architecture de l'information d'un dispositif digital nécessite un travail d'interprétation du côté de l'utilisateur. Il doit comprendre ce qui se cache derrière les libellés de chacune des sections. C'est un apprentissage qui se renouvelle sur chaque site. Certains libellés (naming) font consensus et se généralisent et il est toujours bon de pouvoir s'appuyer sur certaines catégories faisant écho sans interprétation dans l'esprit de l'utilisateur...

Pourquoi réaliser un tri de cartes

On réalise un tri de cartes pour confronter la logique de classement définit par l'équipe de conception à celle d'autres personnes. L'architecture de l'information d'un dispositif digital est généralement le reflet de l'organisation de l'entité émettrice : on parle d'architecture de l'information centrée sur le business de l'entreprise, business centric. Dans ce cas, il y a des risques que l'organisation des services, des contenus et des produits soient le fruit d'un jargon interne, d'une organisation technique, et de choix pas toujours explicites. Essayez-voir de comprendre l'organisation d'un intranet d'entreprise, vous constaterez que les mots peuvent être tout sauf naturel...

Lorsque l'architecte de l'information travaille avec une entreprise, il doit toujours faire un effort d'acculturation pour comprendre les schémas organisationnels propre à l'entreprise. On constate que les employés d'une entreprise partagent souvent un vocabulaire commun et une capacité à appréhender les activités de l'entreprise à travers un jargon spécifique : c'est le fruit de la culture d'entreprise...

Le premier travail de l'architecte de l'information revient donc à déconstruire l'organisation technique des produits et des services d'une entreprise pour essayer de clarifier les offres. C'est un travail difficile et délicat qui demande beaucoup de tâtonnement. L'architecte de l'information essaye d'ouvrir l'architecture de l'information pour la faire passer d'une approche centrée sur l'entreprise à une approche ouverte au public.

Une organisation des contenus plus compréhensible est donc une structuration éditoriale moins technique. Elle s'appuie sur un vocabulaire compris de tous. Néanmoins, le fait que l'architecture de l'information soit décentrée de l'entreprise émettrice ne signifie pas encore qu'elle soit centrée sur les utilisateurs finaux.
C'est le rôle du tri de cartes que d'essayer de faire que l'architecture de l'information se rapproche des logiques de classement des utilisateurs finaux. On parle alors d'organisation des contenus centrée sur les clients dans la logique des méthodes de design UX et de la conception centrée utilisateur.

Comme vous pouvez le voir, il s'agit bien d'une passation entre les équipes de l'entreprise, les équipes de conception et les clients finaux. Le travail consiste à faire en sorte que les logiques de classifications techniques internes à l'entreprise fassent sens auprès des utilisateurs finaux. L'architecte de l'information est l'intermédiaire qui joue le rôle de tampon entre les équipes métiers (côté entreprise) et les utilisateurs finaux. En d'autres termes, l'architecte de l'information essaye de faire en sorte que les logiques de l'offre et les logiques de la demande convergent. Son travail consiste à proposer un système de classification qui soit accepté par l'entreprise tout en faisant sens auprès de l'audience. Vaste entreprise...

Pour dire les choses dans le jargon business, on peut dire que le tri de cartes consiste à faire évoluer l'organisation éditoriale d'un site d'une logique back-office (métier) à une logique front-office (client). Pour in fine se rapprocher d'une organisation centrée sur l'utilisateur et le client user centric ou customer centric. D'une logique d'entreprise à une logique grand public pour résumer.

Les différents types de tri de cartes

En matière de tri par cartes, vous avez deux types de choix qui s'offrent à vous : le tri de carte quantitatif et le tri de carte qualitatif. Autrement dit, vous pouvez opter pour les méthodes qualitatives avec un évaluateur, ou pour les méthodes quantitatives sans évaluateur et basées sur les sondages.

Le tri de carte quantitatif s'appuie sur le volume, la quantité et il est réalisé à distance. Le testeur accède à une interface et doit opérer un travail de classification visant à affecter des items à des catégories.

Le tri de carte qualitatif considère la relation entre l'évaluateur et le testeur comme source principale d'enseignement. Le travail de classification est réalisé par le testeur à l'aide de petits cartons (les fameuses cartes). L'organisation donne lieu à des échanges et à une verbalisation des actions.

IAFACTORY vous recommande d'opter pour la réalisation des tris de cartes qualitatifs : une méthode de card sorting ux design qui consiste à accompagner 3 à 8 utilisateurs de façon individuelle dans le classement de votre arborescence. La technique des entretiens en face à face permet de faire émerger et de constater les problèmes rencontrés par les utilisateurs dans leur classement (libellés, doublons, choix, hésitation).

Il existe également le tri de cartes quantitatif à l'aide d'outil en ligne (des utilisateurs font un tri de cartes en ligne via une interface qui propose un drag and drop) : c'est clairement moins intéressant, car vous n'avez pas la réflexion des utilisateurs qui va avec (et qui vous permet d'appréhender d'autres logiques de classement).
Rappelez-vous de la maxime du docteur ergo :
ta logique n'est pas ma logique.

Nous reviendrons sur le détail de ces deux techniques dans les méthodes du tri de cartes.

Arborescence et tri de carte

Le tri de cartes vise naturellement à optimiser les choix effectués en matière de segmentation des contenus. Il y a un lien fort entre l'amélioration de l'arborescence et les résultats du tri de cartes.

Néanmoins, le tri de carte porte rarement sur l'intégralité du périmètre éditorial du dispositif digital. Il se concentre sur les premiers niveaux et sur le classement d'une centaine de cartes. Or, une arborescence peut contenir bien plus de 100 entrées...

Modèles de tri de cartes

Pour vous aider dans la réalisation de vos tris de cartes, IAFACTORY vous propose des modèles d'arborescence pour vous aider à créer les cartes de vos tests.
Si vous souhaitez tout savoir du test de tri de cartes, nous vous invitons à consulter la vidéo tutoriel dédié au tri de cartes.

Enfin, pour avoir un guide pratique à utiliser dans vos projets, vous pouvez télécharger l'ebook tri de cartes.

Objectifs d'un tri de cartes

Tester l'architecture de l'information avec le tri de carte

L'objectif principal d'un test de card sorting est de vérifier la bonne compréhension de l'organisation du dispositif digital auprès du public cible. Il s'agit de déterminer si l'organisation générale est bien comprise, c'est à dire l'envergure du dispositif digital et les libellés de navigation de premier niveau. Puis de clarifier si les niveaux secondaires correspondent bien aux catégories de premier niveau, dans l'esprit des utilisateurs.
La signification des libellés est aussi très importante. Le travail sur la sémantique figure au premier plan de la technique de tri de cartes. L'évaluateur aide le participant à formuler les items au plus proche de ce qui fait sens pour le testeur.

Le tri de cartes poursuit donc deux objectifs centraux : évaluer l'organisation éditoriale par niveau et mesurer la compréhension des labels (étiquettes) de chaque item.
Quand vous réalisez un test de tri de carte, voici les objectifs prioritaires qu'il est bon de garder en mémoire :

  • S’assurer de la viabilité des choix opérés en matière de segmentation.
  • Identifier les freins, incompréhensions, difficultés des utilisateurs.
  • Obtenir l’architecture du site d’un point de vue utilisateur.
  • Bénéficier du vocabulaire issu de l’expérience utilisateur.
  • Confronter la logique de classement de l'entreprise à celle de l'utilisateur.
  • Confronter la logique de classement du concepteur à celle de l’utilisateur.
  • Opérer les ajustements nécessaires (duplication, libellés, réorganisation).

Le tri de cartes qualitatif, réalisé en individuel avec un panel de quelques utilisateurs, permet d’identifier les spécificités de classement du public cible et d’opérer les ajustements si nécessaire.

Exemples de tri par cartes

icone telecharger des modeles pour analyse UX
TÉLÉCHARGER
150 livrables projets !
Kit de livrables projet : 2,60€ le modèle

tri de carte qualitatif tri de carte qualitatif
tri de cartes espace client Cdiscount
iafactory - Julien MUCKENSTURM
tri de carte quantitatif tri de carte quantitatif
tri de cartes espace client Cdiscount
iafactory - Julien MUCKENSTURM
classement des cartes card sorting
classement des cartes
iafactory - Julien MUCKENSTURM
résultats d'un tri de cartes exemple de tri par carte
résultats d'un tri de cartes
iafactory - Julien MUCKENSTURM
tri de cartes et arborescence tri de cartes et arborescence
IA Vinci immobilier
iafactory - Julien MUCKENSTURM

Méthode pour mener un tri de carte

icone formation ux design en ligne
MAÎTRISER
les méthodes UX design
Formation UX en ligne : 18,00€ l'heure

Tri de carte UX et expérience utilisateur

Dans les méthodes du design de l'expérience utilisateur, il y a 3 phases clés : Analyse UX, Conception UX, Evaluation UX.
L'analyse permet à l'architecte de l'information de faire le point sur l'expression des besoins métier et sur l'audience. La phase de conception éditoriale vise notamment à mettre au point un système d'architecture de l'information : organisation des thématiques du site, structuration des contenus et des fonctionnalités, hiérarchisation des briques de contenus. Ces travaux d'organisation des contenus débouchent sur l'élaboration de l'arborescence du site, validée avec le commanditaire après plusieurs ajustements.

Le système d'architecture de l'information s'articule autour de niveaux de profondeur (verticalité de l'arborescence) et d'envergure thématique (horizontalité de l'arborescence). Une arborescence peut avoir jusqu'à 5 niveaux de profondeur et compter 10 à 15 catégories par niveaux. Il peut donc y avoir des centaines de catégories à tester. Evidemment ce n'est pas possible.
Le travail de l'architecte de l'information est donc de prioriser les axes du test de tri de cartes en choisissant les sections et les zones du site les plus importantes (en matière de business, de trafic, de contenus).

Le tri de cartes prend corps au sein de la phase d'évaluation de la méthodologie UX design. Les équipes de conception doivent donc être possession de convictions sur le plan de l'organisation du dispositif digital. Le matériel de base pour lancer un test de card sorting est l'arborescence des contenus et des fonctionnalités.
Généralement, le tri de cartes porte principalement sur les deux premiers niveaux de l'arborescence. Et cela représente déjà un travail très conséquent.

Bien sûr, sur le plan de l'expérience utilisateur, c'est un peu limité. En effet, l'utilisation d'un site est souvent rattachée à l'arrivée sur le dispositif via la longue traine depuis Google. Le système de navigation n'est pas un critère de satisfaction prioritaire dans l'expérience. Une bonne architecture de l'information passe inaperçue car elle est considérée comme inhérente. En revanche, l'architecture de l'information peut constituer un critère d'insatisfaction :).

Quand réaliser un test de tri par cartes ?

Le tri de cartes est réalisé le plus en amont possible de la production du dispositif digital. Le moment idéal pour recourir au tri de cartes, c'est en conception. Dès que les choix définitifs ont été validés en matière d'arborescence, on peut tester le système d'architecture de l'information.

Plus la séance de card sorting est mise en place en amont, plus le travail de conception et de design pourra bénéficier des enseignements du test.

Dans la mesure où la structure éditoriale du dispositif a une incidence sur les choix opérés en matière de conception fonctionnelle, et notamment en matière de design de navigation, il apparaît clair que le test doit être réalisé avant la fin des travaux de conception fonctionnelle. Dans l'idéal, en amont de la conception, et sinon au moins en parallèle du maquettage fonctionnel.

Dans les faits, le tri de carte ux est souvent réalisé à l'issue de la production, ce qui constitue une erreur de base dans la conduite d'un projet digital. Néanmoins, comme pour les tests utilisateurs, les tris de cartes bénéficient de l'essor et de la popularité des méthodes UX qui repositionnent les tests au centre de la démarche de conception d'un produit digital.

Limites du tri de carte utilisateur

Le système d'architecture de l'information a une influence sur le business (visibilité des items) et sur le référencement (maillage interne du site). Ainsi, les enjeux business et SEO (search engine optimization) sont aussi importants que la dimension utilisateur et la compréhension de l'organisation du dispositif auprès de la cible.

Il est donc assez délicat de peser le poids des inputs et des feedbacks recueillis auprès des usagers du site. En effet, compte tenu de l'importance stratégique du référencement, les arbitrages sont parfois délicats, qu'il s'agisse des choix des catégories ou des labels des étiquettes de navigation...

Recrutement des participants

Le recrutement des participants au test du tri de cartes peut prendre du temps et s'avérer fastidieux. Utilisez votre base de données de client ou votre site internet pour lancer un appel à la participation.

Accordez-vous bien sur le profil des utilisateurs à rencontrer pour la séance de test de tri de cartes. Vous arriverez à recueillir du bon matériel de travail avec 8 entretiens...
Mais trouver 8 Personnes ce n'est pas si simple !
Si vous n'arrivez pas à recruter des testeurs, faîtes appel à une agence de marketing qui se fera un plaisir de réaliser le recrutement pour vous (trouver les personnes vous-même, prendre rendez-vous, réussir à caler les rendez-vous dans un laps de temps rapproché : c'est un métier et il y a des agences qui font ça très bien).
L'usage est d'offrir une petite ristourne en contrepartie (vous serez obligé car les gens n'ont pas de temps à perdre avec les études marketing, mais attention, hein, il faut rester dans le cadre légal...).

Pour que le test de tri de cartes soit pertinent, vous devez le réaliser avec un panel représentatif de votre cible. Oubliez les méthodes de quotas et les systèmes trop sophistiqués, à moins que vous n'ayez un budget conséquent ou que votre dispositif digital touche des millions d'utilisateurs (ce qui est souvent le cas au demeurant...).

Privilégiez le pragmatisme en essayant d'extraire les grands profils d'utilisateurs de votre site, et essayez de rencontrer des personnes en phase avec ces portraits-robots. Sinon, pour des techniques plus scientifiques, vous pouvez opter pour la méthode des quotas ou les échantillons accidentels. Ce sont d'excellentes techniques mais il faut un savoir-faire pointu en sociologie et en technique d'enquête.

En fonction des moyens à disposition, vous définissez donc le nombre d’usagers à solliciter pour l’étude de card sorting : un minimum de 3 utilisateurs pour une étude de tri de cartes rapide jusqu'à un maximum de 10 utilisateurs pour un tri de cartes complet (les données recueillies sont complexes à traiter et à restituer).

Scénario de test de tri de carte

Comme pour le test utilisateur, le tri de cartes nécessite un travail de préparation. L'architecte de l'information prépare un conducteur de la séance de card sorting. Ce guide est une sorte de scénario du tri de cartes.

Le scénario du tri de cartes clarifie le déroulement et le protocole de la séance. Le travail de préparation est aussi important que le tri de carte en lui-même...

En effet, c'est le scénario du tri de cartes qui va servir de base pour le travail avec le testeur. Les résultats du tri de cartes sont donc directement liés à la scénarisation et au déroulement de la séance.

Matériel pour le tri de carte

Vous allez avoir besoin d'une salle avec une table et deux assises. Vous pouvez enregistrer le test avec une caméra et un micro si vous souhaitez réaliser un montage ou présenter votre travail en vidéo. Si vous souhaitez ne rien perdre de l'échange, un dictaphone classique reste un bon allié. Veuillez noter que le dictaphone et la vidéo ne sont absolument pas indispensables.

Le plus important, c'est de préparer les fameuses cartes que les testeurs seront amenés à manipuler. S'il y a 10 catégories de niveau 1 et autant de catégories de niveau 2, vous devrez préparer 100 cartes. S'il y a 8 participants, cela fait 800 cartons à créer. Prévoyez toujours un ou de jeu de cartes de secours (perte, etc.).

Vous pouvez créer très rapidement les cartes à partir d'un logiciel comme Word ou PowerPoint. Attention à écrire les libellés dans une typo de taille importante : le corps 20 fait l'affaire. Utilisez du papier cartonné. Le papier de faible grammage n'est pas vraiment adapté. Vous pouvez toujours essayez avec le papier de votre imprimante, mais vous verrez à la longue, c'est un support très médiocre. Le papier Bristol est un bon outil.

Tri de carte qualitatif

Un tri de carte qualitatif fait intervenir au moins 2 personnes : l'évaluateur (l'architecte de l'information) et le testeur (le participant). Un chargé d'étude ou un chef de projet digital constituent également de bons profils pour mener le test de card sorting UX. Une troisième personne peut vous aider pour la prise de note car il peut être difficile d'animer la séance et de prendre des notes au même moment.

Dans le tri de carte qualitatif, la verbalisation du travail de classification de l'utilisateur est primordiale. Les choix effectués sont moins importants que les raisons qui motivent les choix. Comprendre la logique de classement est un facteur essentiel pour améliorer votre produit digital.

Le modus operandi est celui d'un face à face très simple, sans ordinateur, sans matériel. Juste une séance conviviale d'entretien et une manipulation des cartes.

Dans le travail de tri de cartes, le participant doit :

  • Manipuler les cartes.
  • Nommer chaque carte.
  • Dire s'il comprend le libellé de la carte.
  • Expliquer l'affectation de la carte dans une catégorie.
  • Renommer éventuellement le nom du libellé de la carte.
  • Classer toutes les cartes.
  • Structurer et hiérarchiser l'importance des cartes dans une catégorie (quand c'est possible).
  • Ordonnancer et classifier les rubriques les unes par rapport aux autres.
  • Trier toutes les cartes :) en résumé.

Tri de carte quantitatif

Le tri de cartes quantitatif est réalisé à distance. Des participants se connectent à une interface pour classer des cartes au sein de catégories (nous reviendrons sur ce point).

Un card sorting quantitatif est peu intéressant. Vous n'accédez pas aux logiques de classification. Vous avez un résultat, et il est difficile à interpréter.
Nous ne recommandons pas ce type d'approche.

Tri de carte ouvert

Le tri de carte peut être réalisé de façon ouverte : l'utilisateur a les pièces du puzzle en sa possession, et c'est lui qui créé les catégories.

Dans le tri de carte ouvert, l'utilisateur classe toutes les cartes et créé les catégories lui-même.

Cette technique est intéressante pour le classement horizontal des contenus et envisager d'autres logiques de classification. L'ouverture du tri de carte peut avoir des conséquences sur la conception du dispositif...

Tri de carte fermé

Le tri de carte peut être réalise de façon fermé : l'utilisateur affecte les cartes dans des catégories préexistantes, déjà créées. Dans ce cas, l'utilisateur ne créé pas les catégories.

Cette technique est plus utilisée pour le classement vertical des contenus. Il y a moins de risques sur le plan de la conception, car les choix de niveau 1 sont déjà arrêtés, pour des raisons business et SEO.

Protocole de tri de cartes

Vous devez choisir entre tri de carte quantitatif et tri de carte qualitatif. Si vous êtes motivé par la réalisation d'un tri de cartes pour votre projet, vous gagnez à privilégier le tri par cartes qualitatif : c'est clairement celui qui vous apprendra des choses sur le plan de la segmentation du contenu et de l'architecture de l'information.

Ensuite, il convient de déterminer si le tri de cartes et ouvert ou fermé. Les tris de cartes ouverts sont beaucoup plus intéressants, car rien n'est imposé. C'est l'approche que nous vous recommandons.

Pour le protocole, en optant pour un tri de carte qualitatif ouvert, c'est un entretien en face à face qui s'organise autour d'un temps de question-réponse et un temps de manipulation des cartes.

Définissez le protocole de l’étude de tri par cartes, le nombre d’éléments à soumettre à l’utilisateur ainsi que la profondeur du volume éditorial à classer.

Déroulement du tri de cartes

Un tri de cartes dure entre 1h15 et 1h45 maximum. Il faut considérer 2H comme la limite maximale à ne pas atteindre.

La séance se déroule en 3 temps forts : un entretien, la séance du tri de cartes, et un débriefing. En matière de déroulement, le scénario du tri de cartes peut-être le suivant :

  • Accueil du participant. Café... 5 minutes.
  • Déroulement de l'entretien et enjeux du test de tri de cartes... 5 minutes.
  • Note : on ne teste pas la personne, on veut juste son avis.
  • Entretien : connaissance de la marque, du site, habitudes de consommation... 10 minutes
  • Tri de cartes : 1h.
  • Entretien de sortie : profil de l'utilisateur, débriefing, conclusion. Rétribution. 10 minutes.

Préparez, organisez et animez chacun des entretiens utilisateurs du tri de carte : les usagers sont invités à classer les cartes fournies, et à s’exprimer sur les raisons de leurs choix et / ou leurs éventuelles hésitations.

Résultats d'un de tri de cartes

Consolidez les données recueillies lors du tri de cartes au sein d’une note de synthèse. Attention, les représentations visuelles d'un tri de cartes sont très complexes... Après quoi, vous pourrez commencer à réfléchir aux possibilités de structurer ou restructurer l'arborescence.

C'est sans doute l'une des études les plus redoutables sur le plan des analyses. Vous pouvez rapidement arriver à créer des tableaux matriciels. Mais peu importe la forme ! Ce qui compte, c'est d'améliorer l'arborescence et de prendre en compte les retours des participants pour affiner les catégories et renommer les labels de l'architecture de l'information.

Ne perdez pas trop de temps à faire des tableaux sophistiqués. Tout ça c'est du consulting, et le consulting mais c'est d'la m _ ! Centrez le tri de carte sur l'aspect pragmatique : le dispositif digital, l'arborescence, le design de navigation.

Démarche pour mener un tri par cartes ux

Voici un fil rouge pour mettre en place votre tri par cartes :

  • Définition de la problématique et de la feuille de route.
  • Recueil des besoins métier. Recueil des besoins utilisateurs.
  • Formalisation de l'architecture de l'information.
  • Echanges avec les équipes projet : architecte de l'information, spécialiste SEO, donneur d'ordre.
  • Validation de l'arborescence.
  • Définition des objectifs du tri de cartes.
  • Validation du profil des utilisateurs à rencontrer. Recrutement des participants.
  • Proposition et validation d’un protocole d’étude.
  • Préparation des cartes,
  • Animation des entretiens,
  • Note de synthèse, bilan et retour d’expérience,
  • recommandation d’optimisation de la segmentation.

Travaux complémentaires au tri de carte ux design

Un audit éditorial permet d'avoir une excellente vision des contenus d'un dispositif... C'est un travail utile pour aider à préparer un tri de carte.
La technique de la segmentation des contenus constitue une sorte de tri de carte opéré par l'architecte de l'information au moment de la conception.

L’optimisation de la segmentation par le biais du tri de cartes débouche naturellement sur la mise à jour ou la création de l’arborescence de site web.

Un travail portant sur l'optimisation sémantique résulte souvent d'un card sorting. Dans le même temps l'optimisation SEO n'est jamais très loin : audit et optimisation SEO.

auteur Julien Muckensturm iafactory
linked in julien muckensturm

Ressources pour les tris de cartes

APPROFONDIR
le tri de cartes

Livre : Card sorting
Card sorting

Aller plus loin autour du tri de cartes

Formation vidéo à visionner :

Ebook à feuilleter :

Livrables à télécharger :

Etudes de cas à lire :

Travaux à visualiser :

Compétences métier pour le tri de cartes :

Fiche métier :

Livres à bouquiner :

Autres ressources sur le web :

Plus de techniques d'évaluation UX
ANALYSE DES CONTENUS
Analyse globale de la stratégie éditoriale de votre dispositif digital, diagnostic et optimisation.
audit editorial
STRUCTURATION DES CONTENUS
Regroupement des contenus autour de labels fédérateurs et esquisse du rubriquage.
segmentation des contenus
STRUCTURATION DES CONTENUS
Sélection, organisation et priorisation des contenus projetés au sein d'une vue hiérarchique détaillée.
arborescence éditoriale